Idéalement situé, a 3 mn de la gare d'Yvetot et 5mn du centre ville, notre gîte vous permet de  profiter de votre séjour sans véhicule. 


Arlene & Jean-Marie

 

 

L'église d'Yvetot

L'église Saint-Pierre d'Yvetot, anéantie en 1940 par des bombardements allemands, a été reconstruite en 1956, sur le principe d'un plan circulaire. Son vitrail est considéré comme le plus grand d'Europe avec 1 046 m2. L'édifice fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 8 octobre 2001


Historique

Elle est l'œuvre de plusieurs architectes :
– Pierre Chirol (jusqu'à son décès en 1953)

– Robert Flavigny.

– Yves Marchand.

Les travaux, marqués par des difficultés techniques (problèmes de matériaux, modifications de plans) et administratives, se terminent en 1956. Le campanile n'a été construit que quelques années plus tard.
 Suite à un vieillissement prématuré des matériaux, d'importants travaux de restauration ont eu lieu sur l'église et son campanile de 1991 à 1994.

 

L'église et son vitrail

L'église mesure 40 mètres de diamètre sur 20 mètres de hauteur et présente un ensemble de vitraux contemporains considéré comme le plus grand d'Europe. Son vitrail d'environ 1 046 m2 (réalisé par Max Ingrand) est un puzzle qui explose de couleurs verte et or, mêlées de bleu. Assemblage minutieux d'une douzaine de pièces en verre qui présente des saints, avec un large volet consacré aux Normands du diocèse de Rouen.

Aux côtés du Christ, de saint Pierre (patron de la paroisse d'Yvetot depuis plus de mille ans) et des apôtres l'on reconnaîtra saint Valery (apôtre du pays de Caux et du Vimeux au VIIe siècle), saint Saëns (un Irlandais, moine de Jumièges, fondateur d'une abbaye dans la vallée de la Varenne), saint Ouen (qui a introduit la vie monastique à Rouen), saint Philibert (le premier abbé de Jumièges) ou saint Wandrille.

Là, on retrouvera des évêques de Rouen. Parmi eux : saint Romain (en train d'étrangler la gargouille qui dévastait Rouen), saint Remi, saint Hugues. Autres personnages représentés dans cette procession, les dames ne sont pas en reste. À quelques pas de la Vierge Marie, on trouve la Pucelle d'Orléans, dans son armure.

 

Le manoir du fay

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le chêne d'Allouville est un chêne pédonculé situé au centre du village d'Allouville-Bellefosse, dans le pays de Caux, en Seine-Maritime. Son âge exact n'est pas connu : estimé au XIXe siècle âgé de 800 ans, une estimation ultérieure lui en attribue 1 200. Il est réputé comme étant le plus vieux chêne de France.

Sa hauteur est de 18 m et sa circonférence atteint les 15 m à 1 m du sol1. Localisé à proximité immédiate du clocher de l'église du village, il abrite en son sein deux minuscules chapelles et draine chaque année quelque 30 000 à 60 000 visiteurs.


Histoire

La légende voudrait que le chêne ait été planté en 911 pour la naissance de la Normandie, mais les scientifiques pensent de nos jours que le chêne serait daté du IXe siècle. Probablement contemporain de Charlemagne, le chêne d'Allouville aurait vu défiler les troupes de Guillaume le Conquérant en marche vers l'Angleterre. Celui-ci deviendra duc de Normandie en 1035 et il aurait, selon la légende, fait halte à son pied.

En vieillissant, l'arbre s'est creusé de l'intérieur, offrant en ses entrailles le petit mètre carré nécessaire pour une vie d'ascète.

Les premières traces écrites datent de 1696. Cette année-là, l'abbé du Détroit, le curé de la paroisse, parvient à faire rentrer 40 enfants (à qui il avait promis obole), dans le tronc creux du chêne, et installe par la suite deux chapelles superposées dans les cavités du tronc. Il entend sanctifier le chêne en aménageant en bas une chapelle dédiée à Notre-Dame de la Paix, et au-dessus, la chapelle du Calvaire, appelée désormais Chambre de l'Ermite, pour son ami le père Du Cerceau, qui y a installé sa cellule ermitale4,6. La dédicace est donc faite en 1696 par l'abbé du Détroit5. Une fois le père Du Cerceau parti, le chêne demeure sans locataire.

 

L’accès à partir de la rue des Zigs-Zags offre au visiteur une belle vue d’ensemble sur le manoir, sur ses dépendances, sur les pommiers de sa cour bordée de haies et de talus plantés d’arbres.

Le manoir présente l’intérêt de ne pas avoir fait l’objet d’aménagements de confort à l’intérieur, ce qui permet de le découvrir tel qu’il fut construit au tout début du XVIIème siècle. Très peu remanié depuis quatre siècles, il est resté aujourd’hui comme il devait être au temps de Pierre Corneille.

Construit entre 1613 et 1617, il a conservé toutes les caractéristiques du style de cette époque : six grandes fenêtres en façade du corps principal, avec des volets forts anciens et la pierre en harpe qui les encadre. L’alternance particulièrement heureuse de la pierre et de la brique ainsi que ses pans de murs enrichis par des croisillons de briques noires vernissées l’inscrivent dans la lignée des plus beaux manoirs cauchois.

Pour des raisons de sécurité, le corps de logis et les dépendances ne sont pas actuellement ouverts au public. Mais le visiteur peut profiter à loisir de ce site exceptionnel, but de promenade de nombreux habitants d’Yvetot et des environs.

Le site est inscrit à l’inventaire des Monuments Historiques, le Manoir est classé depuis 1996.

Il est la propriété de la Ville d’Yvetot depuis 1989.

 

Le chêne d'Allouville

Villequier

Villequier est un petit village du pays de Caux situé sur la rive droite de la Seine, entre Le Havre et Rouen. Il fait partie du canton de Caudebec-en-Caux. Léopoldine Hugo, fille aînée de Victor Hugo et épouse de Charles Vacquerie mourut à Villequier le 4 Septembre 1843.

La maison familiale des Vacquerie, belle-famille de Léopoldine fut pendant de longues années la résidence d'été de Victor Hugo.

www.museevictorhugo.fr

 

Rouen

Rouen est une ville du Nord-Ouest de la France traversée par la Seine, préfecture du département de la Seine-Maritime et chef-lieu de la région Haute-Normandie.

La commune compte 110 933 habitants au 1er janvier 2010. Son unité urbaine est la 12e de France, avec 464 157 habitants en 2008. Avec 652 898 habitants au 1er janvier 2010, son aire urbaine est la 12e de France, et la seconde du Bassin parisien, après celle de Paris et de Amiens. Son bassin d'emploi, le premier de la région, atteint 816 214 habitants.

Rouen est la capitale régionale la plus proche de la capitale Paris, et l'une des deux capitales normandes, l'autre étant Caen, capitale de la Basse-Normandie et préfecture du Calvados.

 

Le Havre

Le Havre est une commune française du nord-ouest de la France située sur la rive droite de l'estuaire de la Seine. Son port est le deuxième de France après celui de Marseille pour le trafic total, et le premier port français pour les conteneurs.

Administrativement, cette commune, située dans la région de Haute-Normandie, est, avec Dieppe, l'une des deux sous-préfectures du département de la Seine-Maritime. Elle est également chef-lieu de canton et siège d'un évêché. Avec 177 259 habitants, Le Havre est la commune la plus peuplée de Normandie, la treizième au niveau national et la deuxième sous-préfecture française derrière Reims. Elle occupe le site de l'estuaire de la Seine et se trouve au bord de la Manche, à la pointe sud-ouest du Pays de Caux. Elle est reliée à la capitale, située à 200 km à l'est, par la voie ferrée et l'autoroute.

La ville et le port sont officiellement fondés par le roi François Ier en 1517. Le développement économique à l'époque moderne est entravé par les guerres de religion, les conflits avec les Anglais, les épidémies et les tempêtes. C'est à partir de la fin du XVIIIe siècle que Le Havre s'agrandit et que le port prend son essor grâce à la traite négrière puis au commerce international. Après les bombardements de 1944, l'atelier d'Auguste Perret entreprend de reconstruire la cité en béton. L'industrie du pétrole, de la chimie et de l'automobile sont dynamiques pendant les Trente Glorieuses mais les années 1970 marquent la fin de l'âge d'or des paquebots et le début de la crise économique : la population diminue, le chômage augmente et reste à un niveau élevé encore aujourd'hui. Les changements des années 1990-2000 sont nombreux. La droite remporte les élections municipales ; la ville s'engage sur le chemin de la reconversion en cherchant à développer le secteur tertiaire et de nouvelles industries (aéronautique, éoliennes). Port 2000 accroît la capacité d'accueil des conteneurs pour concurrencer les ports du nord de l'Europe, les quartiers sud se transforment, les paquebots font leur retour. En 2005, l'Unesco inscrit le centre-ville du Havre au patrimoine mondial de l'humanité. Le musée André-Malraux devient le deuxième de France pour le nombre de toiles impressionnistes.

De nos jours, Le Havre reste profondément marqué par sa tradition ouvrière et maritime. La ville est connue nationalement grâce à ses clubs sportifs d'envergure nationale (Le Havre Athletic Club en football, Saint-Thomas Basket et l'équipe féminine de handball du HAC).